Fédération

Fédération

75 sociétés et 20 000 membres

La Semaine nationale de la généalogie est orchestrée par la Fédération québécoise des sociétés de généalogie (FQSG), un organisme à but non lucratif de regroupement et de représentation des sociétés de généalogie locales et régionales. La Fédération est actuellement composée de soixante-et-quinze sociétés membres réparties dans toutes les régions du Québec. Le nombre de généalogistes membres d’une société de généalogie est estimé à près de 20 000.

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
mardi, 20 décembre 2016 14:36

Félicitations aux gagnants !

André St-Pierre et Madeleine Bédard (co-animateurs de l’activité), notre gagnante Éva-Rose Bilodeau et Gilles A. Blouin, prés. SHGG et représentant de la Fédération

André St-Pierre et Madeleine Bédard (co-animateurs de l’activité), notre gagnante du premier prix du concours Voici ma famille, Èva-Rose Bilodeau et Gilles A. Blouin, prés. SHGG et représentant de la Fédération.
Source photo : Écho de Frontenac
73 élèves (3 classes du 5e niveau) qui se sont impliqués dans des ateliers d'initiation à la généalogie réalisés par la SHGG dans le cadre de la Semaine de la généalogie ont assisté à la remise de prix ce lundi 19 décembre à l’école Sacré-Cœur, Lac-Mégantic.
La Fédération remettait le premier prix du concours Voici ma famille, un iPod touch, remporté par une jeune fille de 10 ans de Lac-Mégantic, Èva-Rose Bilodeau. La Société d’histoire et de généalogie du Granit avait également un prix de participation à remettre. Le tirage d’un ordinateur portable aux participants...ce qui en a motivé quelques-uns pour l’an prochain !
Notre concours national, Voici ma famille, en collaboration avec Restaurant Normandin était de retour pour une 3e année consécutive. Les jeunes de 17 ans et moins étaient invités à débuter leur arbre généalogique et courir la chance de gagner des prix : iPod et chèques-cadeaux Normandin.
Merci à Normandin, notre partenaire officiel !

C’est avec plaisir que nous dévoilons les noms de tous les gagnants des concours réalisés dans le cadre de la 5e Semaine nationale de la généalogie.

Concours Voici ma famille
1er au 30 novembre 2016
Jeunes de 5 à 17 ans
Premier prix : iPod touch 16 Go de Apple 249 $
Prix : 4 x 50 $ en chèques-cadeaux Normandin

Gagnants :
Èva-Rose Bilodeau, 10 ans, Lac Mégantic
Ludovic Dubuc, 7 ans, St-Jean-sur-Richelieu
Louis Gobeil, 14 ans, Sherbrooke
Amy Falardeau, 15 ans, St-Raymond
Benjamin Meunier, 6 ans, Lévis

Concours La généalogie, ça s’apprend !
1er au 30 novembre 2016
Prix : 3 x Lignée ascendante d’une valeur de 125 $

Gagnants :
Jean-Luc Bergeron, Saint-Césaire
Carole Gagnon, Dolbeau-Mistassini
Gaston Guénette, Gatineau

Le succès de la Semaine nationale de la généalogie est le fruit du travail remarquable réalisé par les sociétés de généalogie, les organismes affiliés et les partenaires de l’évènement, sans qui ces dizaines d'activités partout à travers la province ne pourraient se dérouler. Sans oublier les centaines de participants qui étaient au rendez-vous et qui ont contribué par leur participation enthousiaste au rayonnement de la généalogie partout au Québec. À tous ceux et celles qui ont pris part à cette édition de la SNG, merci beaucoup.

À l’année prochaine !

La Fédération québécoise des sociétés de généalogie (FQSG) vous convie du 19 au 26 novembre à la 5e édition de la Semaine nationale de la généalogie (SNG) sous le thème La généalogie, ça s’apprend !

Durant huit jours, une trentaine de centres de généalogie et le réseau de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) vous offriront dans votre région des ateliers, des conférences, des visites guidées, des portes ouvertes,… Activités de découverte et d’initiation à la généalogie sont à l’honneur.

Plus de 85 évènements à venir inscrits au calendrier!

Soyez de la Fêtes !

Venez travailler sur votre arbre généalogique ! Des spécialistes de la généalogie seront là pour répondre à vos questions et vous aider à tirer le maximum des ressources de leur bibliothèque et centre d’archives.

C’est l’occasion de rencontrer d'autres généalogistes amateurs, d'apprendre avec eux à faire sa généalogie, de consulter les archives et accéder aux bases de données. Ces centres de recherche sont ouverts à tout public.

La généalogie passionne depuis toujours. Cette activité, bien plus qu'un loisir, fait de plus en plus d'adeptes.

Soyez de la fête avec nous !

lundi, 24 octobre 2016 09:26

Liste des organismes participants, 2016

biblio

La liste des organisateurs :

Ajoutez votre Société à cette liste !

vendredi, 05 août 2016 12:14

Participation

Il y a diverses façons de participer à la Semaine ou de la promouvoir. Voici ce que vous pouvez faire à différents moments d’ici novembre :

Dès maintenant

Communiquez avec la Fédération pour obtenir des renseignements sur les initiatives prévues et pour offrir votre collaboration. La FQSG mobilise les partenaires, coordonne les activités et appuie la promotion de la Semaine aux niveaux provincial, territorial et régional.

Si vous représentez une société, une institution ou un organisme, si vous prévoyez organiser une initiative, ou si vous souhaitez devenir partenaire officiel de la Semaine, veuillez communiquer avec Julie Demers, coordonnatrice, par courriel ou par téléphone.

Vous avez déjà des activités liées à la généalogie prévues cet automne ?

Nous vous invitons à les tenir entre le 19 au 26 novembre 2016. Vous pouvez les inscrire dès maintenant au calendrier d'activités de la Semaine.

Du 19 au 26 novembre

  • Participez aux activités prévues dans votre localité.
  • Publiez une déclaration ou un communiqué de presse pour souligner la Semaine nationale de la généalogie (SVP, le faire parvenir à la FQSG).
  • Faites la promotion d’histoires de famille, de témoignages, de rassemblements ou encore de services/outils à l’intention de nouveaux chercheurs en généalogie.
  • Faites appel aux médias sociaux afin de promouvoir des événements et des activités ou de diffuser de l’information, des images, des vidéos et des commentaires.
  • Affichez des messages liés à la découverte de la généalogie dans les médias sociaux, en utilisant le mot-clic officiel de la Semaine : #SNGenealogie.
  • Suivez-nous sur Facebook : www.facebook.com/semainegenealogie

Comment contribuer ?

Tout le monde peut apporter sa contribution en participant aux dizaines d’activités organisées dans le cadre de la SNG, en se portant volontaire pour aider ou en organisant des activités ou des événements liés à la généalogie.

  • Consultez la liste des activités et choisissez celles qui vous intéressent.
  • Consultez la liste des partenaires de la Semaine et renseignez-vous sur ce qu’ils ont à offrir.
  • Organisez votre propre activité. Le site de la Semaine de la généalogie propose des ressources en ligne, des idées, des conseils et des activités faciles.
  • Trouvez des exemples, des activités et des modèles pour aider à mobiliser et à motiver les enfants à découvrir la généalogie et l’histoire de leur famille : Coin-des-jeunes

PARTENAIRES OFFICIELS

La réalisation d'une telle initiative ne serait pas possible sans la collaboration et les contributions d'un grand nombre de partenaires. Nous souhaitons remercier tous ceux et toutes celles qui ont contribué au succès de la 4e Semaine nationale de la généalogie l’automne dernier, et tout particulièrement nos partenaires officiels :

Bibliothèque et archives nationales du Québec
Restaurant Normandin
et les sociétés de généalogie du Québec.

vendredi, 05 août 2016 12:59

Osez l’aventure…

SEMAINE NATIONALE DE LA GÉNÉALOGIE 2016

Affiche SNG 2016Mettez les dates à vos calendriers ! Du 19 au 26 novembre 2016, les sociétés de généalogie du Québec marqueront la 5e Semaine nationale de la généalogie. De partout au Québec, pendant huit jours, du Bas-Saint-Laurent en passant par la Mauricie et la Côte-Nord, les généalogistes célèbreront, comme le dit si bien la thématique de la Semaine, la généalogie à la portée de tous !

Car oui, LA GÉNÉALOGIE, ÇA S’APPREND !

Osez l’aventure… découvrez les sociétés de généalogie et les services qui y sont offerts !

Lisez ce qui suit pour savoir comment participer à la Semaine, notamment en inscrivant une activité au calendrier.

jeudi, 24 mars 2016 16:10

La généalogie, ça s’apprend !

Du 19 au 26 novembre 2016, la Semaine nationale de la généalogie vous invite dans l’aventure sous le thème :

La généalogie, ça s’apprend !

Activité nouvelle, remplie de questionnement et d’incertitude et pouvant constituer un défi ? L’aventure, pour certaines personnes, c’est gravir une montagne, sauter en parachute, faire de la plongée sous-marine. Pour nous, cela sera d’apprendre la généalogie !

Ordinateur-Internet : duo d’enfer

À l’ère numérique nous croyons que tout est plus simple pour la recherche généalogique. On trouve de tout sur Internet même le pire. Vous croyez qu’en tapant votre patronyme, vous pourrez reconstituer votre lignée en criant LAPIN ! Bien sûr, les bases de données numérisées rendent les recherches plus faciles, à condition de savoir les utiliser.

Au début c’est facile…

Commencez par faire l’inventaire de tout ce que vos parents ont conservé de leur passé : actes, photos, contrats, cartes, lettres, certificats, diplômes… ne négligez aucun détail. Une fois ce fascinant inventaire répertorié vous désirez aller plus loin dans vos recherches. C’est maintenant que vous avez besoin d’assistance, les sources sont nombreuses et variées : état civil, registres paroissiaux, archives notariales et militaires, recensements… La liste est longue et le mode d’emploi aussi.
Vous découvrez un nouveau vocabulaire et parfois des documents illisibles pour un néophyte.

Le choix du logiciel

Le premier : papier-crayon ! Ne prenez pas de logiciel de généalogie tant que vous n’êtes pas certain d’avoir totalement compris comment les ancêtres sont les uns vis-à-vis des autres. Le logiciel, quel qu’il soit, ne le fera pas à votre place.

Pas de panique

Les recherches sont complexes et vous êtes un peu découragé ! Faites appel à des spécialistes : pas une région du Québec qui n’a pas une société de généalogie. Les sociétés sont là pour vous aider à démarrer ou poursuivre vos recherches. Moyennant un faible coût d’abonnement, vous entrerez dans un monde d’entraide. Des cours d’initiation dans divers domaines : généalogie, paléographie, conservation, en plus de conférences enrichissantes, sont offertes par les sociétés.

10 raisons d’être membre d’une société de généalogie :

Raison # 1 Service d’entraide
Raison # 2 Cours d’initiation
Raison # 3 Accès à des bases de données et des répertoires
Raison # 4 Choisir le bon logiciel
Raison # 5 Conférences
Raison # 6 Rencontrer des gens qui partagent notre passion
Raison # 7 Publication de ses recherches
Raison # 8 Partager ses découvertes
Raison # 9 Apprendre comment chercher
Raison # 10 Loisir enrichissant

jeudi, 17 décembre 2015 13:59

Les gagnants des concours

C’est avec plaisir que nous vous dévoilons les noms des gagnants de nos divers concours réalisés dans le cadre de la SNG 2015.

Concours Facebook Une question par jour :
Prix : Le roman Liées par le sang de Marie-Josée Poisson, porte-parole de la 4e édition de la SNG.

  • Sabrina Gamache-Mercurio, Québec;
  • Michel Dumais, La Pocatière;
  • Vicky Lapointe, Sherbrooke;
  • Marjolaine Loiselle, Saint-Pie;
  • Germain Maltais, Jonquière.

Concours jeunesse Voici ma famille :
Premier prix : iPod touch 32 Go

Roméo Thouin, 9 ans, La Prairie.
Roméo Thouin, 9 ans, La Prairie.
Roméo Thouin, 9 ans et de sa mère Lise Bissonnette qui reçoivent le prix à la Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine (SHLM) ce lundi 14 décembre. Stéphane Tremblay, président de la SHLM et vice-président de la FQSG.

Gagnants des cartes-cadeaux Normandin :

  • Alice Blondel, 7 ans, Sainte-Brigitte-De-Laval;
  • Noémie Boisvert, 6 ans, Drummondville;
  • Lukas Routhier, 7 ans, Laval;
  • Ariane Landry, 11 ans, Lévis.

Merci à NORMANDIN, notre partenaire officiel !

Concours Partage ton histoire :
Prix : Lignée ascendante

  • Lise Lauzon, Sainte-Anne-des-Plaines;
  • André Déry, Québec;
  • Line Bélanger, Jonquière.

Nous vous invitons à découvrir les histoires partagées dans le cadre de ce concours.

Le succès de la Semaine nationale de la généalogie est le fruit du travail remarquable réalisé par les sociétés de généalogie, les organismes affiliés et les partenaires de l’évènement, sans qui ces dizaines d'activités partout à travers la province ne pourraient se dérouler. Ajoutons à cela cette année notre porte-parole, Madame Marie-Josée Poisson, qui a propagé fièrement le message. Enfin, sans oublier les centaines de participants qui étaient au rendez-vous et qui ont contribué par leur participation enthousiaste au rayonnement de la généalogie partout au Québec. À tous ceux et celles qui ont pris part à cette édition de la SNG, merci beaucoup.

lundi, 30 novembre 2015 15:33

Les beignes de grand-maman

Les souvenirs du temps des fêtes du côté de ma mère, c'est en autre chose les fameux beignes de ma grand-maman. Ce n'était pas des beignes tout simples... Non, c'était des beignes très moelleux au sirop d'érable et ce sirop d'érable était bien spécial puisqu'il était fait à la cabane à sucre familiale à chaque printemps.
Le temps a passé et ma grand-maman est décédée, alors les derniers Noël, il n'y avait pas de beignes à la table. Par contre, cette année ce sera différent! Ma mère, mes tantes, mes cousines et moi-même, nous nous sommes réunies un samedi d'octobre et nous avons fait la recette de beignes de ma grand-maman (avec du sirop de la sucrerie de mon oncle). Toutes réunies autour de la table, chez ma cousine, nous avons eu beaucoup de plaisirs à passer une journée entre femmes, à faire les beignes et à discuter de tout et de rien.
Ce fut une journée mémorable. En plus, nous avons fait les beignes sur la table qui appartenait à ma grand-maman. Une superbe table en bois qui était dans la cuisine d'été quand ma mère était petite, sûrement fabriquée au début des années 1900. Comble du bonheur, nous dégusterons ces beignes à Noël chez mon autre cousine qui habite la maison ancestrale!

Claudine Porlier

lundi, 30 novembre 2015 15:30

Mon grand-papa, un Gaspésien

Mon grand-papa Porlier est né à Carleton, en Gaspésie, en 1907. Il s'est marié en 1944 et il a eu huit enfants. Comme beaucoup de Gaspésiens, mon grand-papa a travaillé dur en échange d'un petit salaire pour que sa famille puisse manger trois repas par jour.
Il y a quelques mois, mon père a trouvé un document très intéressant au sujet de mon grand-père. Un texte réalisé par une étudiante pour un cours d'anthropologie du vieillissement à l'université Laval, en 1985. L'étudiante avait interviewé mon grand-père au sujet de sa vie en Gaspésie. Puis elle avait transcrit le texte en respectant la phonétique des mots, car mon grand-père avait un fort accent Gaspésien. Voici un extrait où il parle de son métier.
Question : Dans les chantiers, que faisiez-vous exactement?
Réponse : On coupait des billots. On coupait ça par bouttes, pis y'avait un ch'val qui voyageait ça, pis y'emmenait ça, pis y mettait ça d'une pile su un ch'min. Y'avait un ch'min d'coupé dans l'bois là. Y'avait pas d'tracteurs dans c'temps là, ni rien, tout était fait à la main. (...). Ça c'était toute pilé dans l'bois. Pis l'printemps, quand t'les eaux étaient hautes là, y prenait c'bois là, y l'envoyait au fleuve, pis y'avait les moulins à scie. Dans l'été on sciait c'bois là. Y faisait des planches, des madriers toutes sortes de choses. On avait pas cher, on avait une piastre et vingt-cinq par jour pour travailler dins moulins à scie dix heures de temps par jour.

Que dire de plus... je suis fière de mon grand-papa, Adrien Porlier.

Claudine Porlier

Après avoir vécu en Beauce au Manitoba, puis de nouveau en Beauce, mon grand-père Albert Genesse s’est vu offrir une terre à Authier en Abitibi-Ouest vers l’année 1926. Il s’est installé là-bas avec son épouse Émérentienne Lemieux et ses enfants. Il fut au départ cultivateur. C’est vers 1940 qu’il fit l’acquisition de son premier camion d’une demi-tonne, soit un Ford 1936 ou 1938. Il commença ce nouveau travail en faisant la livraison de la viande de boucherie de ses propres animaux et de celle du village. Il la livrait dans la région de Rivière-Éva, Malartic et Roc- d’Or (maintenant Val-D’Or). Il dut arrêter la livraison de la viande dans le temps de la guerre, car il ne savait pas lire et les gens lui donnaient d’autres coupons que ceux pour la viande. Il perdait donc trop d’argent. Par la suite, il fit l’acquisition d’un Ford 1938 2.5 tonnes, d’un Ford 1941. Il en avait même acheté un camion neuf à Amos de couleur rouge. C’était un Ford 1947 de 3 tonnes. Fier de son achat, lorsqu’il est arrivé à la maison à minuit, Albert a réveillé toute sa marmaille pour les amener faire une promenade en famille jusqu’au village voisin. Ces derniers camions ont servi au transport de pitounes de 4 pieds. Les pitounes de bois partaient sur des chars à la gare d’Authier et se rendaient dans des usines à papier à La Tuque, Shawinigan ou Grand-Mère. Il a aussi transporté du bois de sciage pour faire de la planche et du gravier pour faire des routes dans la municipalité d’Authier et de Languedoc. Il avait alors qu’à changer les panneaux de bois pour une benne. Ce métier de camionneur n’a pas toujours été facile. Ses contrats allaient au gré des partis au pouvoir. Albert qui était Libéral a vu son camion stationner dans la cour lorsque les Bleus (Union Nationale) étaient au pouvoir. Mon grand-père a eu des camions jusqu’à ce qu’un de ses garçons prenne la relève vers 1952-1953. Tout en combinant son métier de cultivateur avec ses contrats de camionneur, il réussissait à nourrir sa famille. Il est décédé en 1966 avant que je puisse le connaître. Chose certaine, ce premier camion en 1940 en a inspiré plus d’un dans le camionnage. Ses garçons en ont fait eux aussi leur métier. Encore aujourd’hui, un très grand nombre de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants trempent encore dans le monde des machineries lourdes.

Albert Genesse devant un de ses camions.

Josée Genesse

Page 1 sur 3

Facebook

Partenaires

BAnQNormandin