Arbre généalogique

Représentation sous forme d’arbre des relations existant entre les membres d’une famille. Exploration de tous vos ancêtres par générations successives.

Pourquoi faire son arbre généalogique?

Le désir de découvrir et de transmettre est l’une des nombreuses raisons. Avec la vie mouvementée d’aujourd’hui, tant professionnelle que personnelle, de nouvelles structures familiales se sont développées et formées et nos repères identitaires se sont brouillés. Revenir sur son arbre généalogique est un moyen de retrouver une fixité, l’occasion de démêler notre terreau familial. L’arbre généalogique est un pont qui permet de relier le passé et le présent au futur. Ce pont ouvre la route aux futures générations pour la découverte de leurs origines.

 

Comment débuter

Je commence par moi, j’écris mes nom et prénom, date et lieu de naissance ensuite les noms, prénoms, dates et lieux (naissances, mariages & décès) de mes parents, de mes grands-parents, et ainsi de suite. Les cases vont se remplir graduellement. Si une information vient à manquer consulter vos proches : parents, grands-parents, oncles, tantes…Et s’ils ne peuvent pas vous répondre il existe une autre solution! La société de généalogie est là pour vous donner un coup de main quand vous êtes bloqué. Découvrez leur service d’entraide ainsi que les ressources qui sont mises à votre disposition. Afin que votre arbre soit authentifiable vous devez vérifier chaque donnée avec des sources crédibles, comme les registres de l’état civil et religieux, les formulaires de mariages et les contrats de mariage.

  • Traités et guides généalogiques
  • Dictionnaires généalogiques (Tanguay, Jetté,…)
  • Répertoires et fichiers
  • Documents de source première (actes civils, religieux, judiciaires,…)
  • Recherche Internet (à utiliser avec discernement, certaines données ne sont pas vérifiées)
  • Logiciels de généalogie (Hérédis, BK6, Family Tree Builder, Master Genealogist, …).

Numérotation généalogique

Le nombre théorique d'ancêtres double à chaque génération (un père et une mère). Le calcul du nombre d'ancêtres permet d'évaluer le nombre de personnes faisant partie d'une généalogie. En raison du grand nombre de personnes, il est utile et commode de pouvoir leur attribuer un numéro de manière à ce que les informations pertinentes puissent être mises en relation avec ces dernières. Dans l'ascendance d'un probant*, il arrive que deux ascendants ne soient en réalité qu'une seule et même personne, d'où la différence entre le nombre théorique d'ancêtres et leur nombre réel. Cette différence peut être importante. Le rapport entre le nombre réel et le nombre théorique d'ancêtres se nomme l'implexe des générations ou des ancêtres. Plus il est faible, plus la consanguinité est élevée et réciproquement.

Système Sosa-Stradonitz

Il attribue le numéro 1 au probant, puis le 2 à son père, le 3 à sa mère. Chaque homme a un numéro double de celui de son enfant et chaque femme le double +1.

8 9 10 11 12 13 14 15
4
Mon grand-père paternel
5
Ma grand-mère paternelle
6
Mon grand-père maternel
7
Ma grand-mère maternelle
2
Mon père
3
Ma mère
1
Probant (moi)

Implexe

Phénomène qui diminue le nombre total de nos ancêtres théoriques par le jeu des unions consanguines, très nombreuses dans des siècles où la mobilité géographique était limitée. Il faut en tenir compte lors de la réalisation de l’arbre généalogique.

Roue de paon

Tableau semi-circulaire présentant les ascendances paternelles et maternelles directes d’un probant. Ce tableau donne la même importance à tous les matronymes et les patronymes qui composent notre ascendance, pouvant aller jusqu’à 14 générations, soit l’établissement des premiers colons en Nouvelle-France.

Le premier demi-cercle, au centre, contient l’information relative au père et à la mère (date et lieu du mariage) du probant, le second de ses grands-parents, le troisième ses arrière-grands-parents, etc.

*Probant : Personne qui fait sa généalogie ascendante, on utilise parfois aussi de cujus.

SNG à BAnQ

Facebook

Partenaires

BAnQNormandin