Par ici ! Concours Voici ma famille, édition 2017

 Je participe

Le saviez-vous ?

Au XVIIe siècle, le salaire annuel d'un chirurgien en Nouvelle-France est de 150 livres et celui d'un défricheur de 75 livres.

La monnaie en Nouvelle-France (1600-1771)

Le premier système d’échange fut instauré par les négociants français au début du XVIIe siècle. Il s’agissait d’opérations de troc avec les Indiens. Ce troc consistait à l’échange d’armes, d’étoffes, de nourriture et d’objets d’argent contre des peaux d’animaux, surtout le castor.

 

Les pièces de monnaie de France gagnèrent en popularité lorsque la colonie prit de l’expansion, que les besoins économiques et financiers devinrent plus complexes. En raison des risques associés au transport maritime des pièces françaises, les pièces circulant dans la colonie se virent attribuée une valeur supérieure à celle de la France.

Les dollars espagnols (piastre) commencèrent à circuler vers 1650, à la suite du commerce clandestin qui s’opérait avec des colons anglais et hollandais établis plus au sud.

La monnaie de carte

En 1685, la colonie fait face à une pénurie de monnaie. Généralement, lorsqu’elle devait parer à un manque de numéraire, la colonie différait le paiement de ses achats aux commerçants jusqu’à l’arrivée d’un nouvel arrivage de monnaie de France. Cependant, il était impossible de différer le paiement de la solde des soldats. Ayant épuisé les autres sources financières et refusant d’emprunter aux conditions proposées par les commerçants, l’intendant Jacques De Meulles, trouva une solution au problème, soit l’émission temporaire de monnaie de papier, faite à partir de cartes à jouer. La première émission de cartes eut lieu le 8 juin 1685 et rachetée trois mois plus tard étant donné le nombre élevé de contrefaçons. La deuxième émission eut lieu en février 1686 au mécontentement des autorités françaises. En dépit de l’avertissement, la colonie toujours confrontée à un manque de monnaie, réémit de la monnaie de carte en 1690. L’année suivante, le gouverneur Frontenac, procéda à une autre émission de monnaie de carte, reconnaissant l’utilité de ce type de monnaie comme moyen d’échange. La monnaie de carte n’ayant été remplacée par aucun autre moyen d’échange, cette réforme déclencha une récession. La mise en circulation de pièces de monnaie de cuivre en 1722 ne fut pas bien accueillie par les commerçants. Jusqu’en 1771, la colonie émit à plusieurs reprises de la monnaie de carte, son retrait définitif est consécutif à plusieurs crises inflationnistes et à de nombreuses spéculations entraînant un intérêt à un taux dégressif selon le type et l’âge des cartes, le gouvernement français lui-même au bord de la faillite, fit que leur valeur régressa et, en 1771, elle ne valait plus rien.

Dans les années 1670, la livre, le sol et le denier constituaient les unités de compte en France et dans ses colonies d’Amérique. Comme c’était le cas de la livre, du shilling et du penny britanniques, une livre française comptait 20 sols ; et un sol, 12 deniers. Il n’y avait pas de pièce de 1 livre. Les autres pièces en circulation sont le louis d’or, l’écu, le liard et le double tournois.

Source : encyclopédie canadienne

Pascale Girard

Partenaires

BAnQ   Normandin 

Infolettre